5 000 personnes ont déjà participé à une expérience solidaire ÇA ME REGARDE


Depuis 2012 et le lancement de ÇA ME REGARDE, 5 000 personnes, grâce à leur entreprise, ont pu vivre un chantier solidaire et ainsi :

  • Découvrir une association locale méconnue,
  • Percevoir autrement leurs collègues,
  • Se sentir utile,
  • S’ouvrir sur d’autres réalités,
  • Développer leur capacité de bienveillance,
  • Imaginer comment grandir de ces expériences humaines pour aller bien au-delà de la journée solidaire et faire rentrer la solidarité un peu plus dans leur quotidien.

MERCI A TOUTES ET TOUS POUR VOTRE CONFIANCE !

cliquez ici pour nous contacter et imaginer votre prochaine immersion solidaire en équipe

Journées d’immersion solidaire : facteur de QVT

Christophe ANDRE, Directeur RSE chez Sanofi Pasteur, nous partage sa vision des journées solidaires en immersion.

De plus en plus d’entreprises mettent en place des journées solidaires pour leurs collaborateurs. Un moyen innovant pour faire vivre une démarche RSE, favoriser l’engagement des collaborateurs, être à l’écoute des besoins des associations locales, donner l’opportunité à ses collaborateurs de prendre un temps de recul et d’accomplir une action responsable, solidaire et citoyenne.

Mais quel est le gain pour l’entreprise ? Pour moi, il se mesure à plusieurs niveaux :

Ces journées dégagent un enthousiasme, un engagement , une énergie insoupçonnée chez les collaborateurs, qui, s’ils étaient peut être curieux ou sceptiques a priori, en ressortent motivés à bloc. 

Les collaborateurs viennent « comme ils sont » : plus de hiérarchie, de positionnement, de posture, on est dans l’authentique, on revient à l’essentiel : l’Humain.

L’occasion de découvrir et connaitre d’autres collaborateurs, prendre des contacts dans d’autres services, départements ; au-delà de l’aspect « réseau », cela devient clé dans des entreprises où les gens subissent de plus en plus « les process », se parlent de moins en moins, on est dans l’ère du digital. Qui ne s’est jamais trouvé bloqué devant son écran par une application, un process ? Dans ces cas-là, c’est très bien d’avoir rencontré un collègue aux achats quand on ne sait pas faire fonctionner la nouvelle appli. interne pour gérer les fournisseurs, et les commandes ; idem pour l’informatique, la compta, mais aussi le contrôle qualité quand vous n’avez pas de nouvelles sur la date de libération de votre lot de produit. Ces journées décloisonnent l’entreprise, permettent au collaborateur d’être plus agile, autonome, donc plus à l’aise dans son job. Cela dit, ce dernier point relève plus de l’argument complémentaire que de la raison principale pour laquelle les entreprises mettent en place ces dispositifs de journées solidaires : l’utilité à l’association.

Au-delà de la « bonne action réalisée » lors ces journées, les collaborateurs se sentent bien, se sentent mieux. Il n’y a qu’à entendre les discussions à la machine à café le lendemain. Et c’est là le plus important, les gens se parlent naturellement, interruption momentanée de la communication digitale, du mail, du Skype, du sms, on revient à la communication vraie, authentique. Ces journées favorisent donc un environnement plus humain, plus solidaire, s’inscrivant donc complètement dans une démarche QVT (Qualité de Vie au Travail).

Valeurs d’entreprise… Quand les actes rejoignent les belles intentions

Affichées dans les halls d’accueil, imprimées sur les livrets d’intégration, défilant sur les sites internet, les valeurs font souvent partie des discours des dirigeants comme un fondamental indispensable au pilotage de la vie de l’entreprise. Elles se définissent souvent par les constituants de base qui rentrent dans la fondation de la culture et des règles de bonne conduite au sein de l’entreprise.

Cependant font-elles réellement parties de la vie quotidienne des collaborateurs ? Comment faire vivre tous les jours, sur chaque poste de l’entreprise : INTÉGRITÉ, ESPRIT ÉQUIPE, INNOVATION, OUVERTURE, RESPONSABILITÉ ou encore PARTAGE et PROXIMITÉ… L’équation n’est non seulement pas simple mais peut rapidement aussi devenir redoutable si les actes ou les faits ne sont pas alignés…

Ça Me Regarde vous accompagne pour décliner les valeurs de l’entreprise en comportement vertueux, partagés par tous. A partir d’un séminaire solidaire d’une journée, qui aura mis en mouvement les participants et donc l’équipe, nos ateliers participatifs ambitionnent de faire grandir l’entreprise de cette expérience et donc de ramener au cœur de son quotidien une inspiration, un comportement voire un engagement.

L’expérience solidaire qui remet cause ses croyances, qui permet à chacun de dépasser ses a priori en sortant un peu de ses propres frontières, favorise le lâcher prise, la libre parole, l’authenticité… et par voie de conséquence amène le groupe à se dire les choses, avec bienveillance, et fait naître l’envie de construire un quotidien congruent aux valeurs de l’entreprise.

À Bras Ouverts… Inspirant non ?


Actuellement au cinéma. Figure de la scène littéraire et médiatique française, Jean-Etienne Fougerole est un intellectuel humaniste marié à une riche héritière déconnectée des réalités. Alors que Fougerole fait la promotion dans un débat télévisé de son nouveau roman « A bras ouverts », invitant les plus aisés à accueillir chez eux les personnes dans le besoin, son opposant le met au défi d’appliquer ce qu’il préconise dans son ouvrage. Coincé et piqué au vif, Fougerole prend au mot son adversaire et accepte le challenge pour ne pas perdre la face. Mais dès le soir-même, on sonne à la porte de sa somptueuse maison de Marnes-la-coquette… Les convictions des Fougerole vont être mises à rude épreuve !

« Tu sais chérie… En accueillant ces gens chez nous, je me rends compte aujourd’hui que c’est nous qui recevons le plus ! »

Impossible de ne pas penser à nos journées solidaires en allant voir ce film hier soir. Au delà du burlesque de certaines situations, on peut aussi s’apercevoir de la richesse qui naît à faire se rencontrer des mondes, des milieux, des environnements qui ne se connaissent pas. C’est l’ambition affichée des séminaires Ça Me Regarde : aller au-delà de ses a priori, de ses croyances, de ses frontières. Si certes l’aide utile et concrète à une association est le b-a-ba, inspirer l’entreprise, faire grandir l’équipe est aussi une priorité. L’expérience solidaire qui réveille naturellement authenticité, fraternité, envie positive est un levier formidable d’un manager pour emmener son équipe plus loin.

BON A SAVOIR… Depuis 2015, le SamuSocial de Paris a créé le Programme ELAN pour aider et sécuriser la démarche d’accueil de personnes réfugiées chez les particuliers. Ce programme prend en compte la nécessité pour les personnes accueillantes de se sentir accompagnées dans l’élaboration de leur projet d’accueil et d’être soutenues tout au long de la cohabitation. L’accompagnement réalisé par les professionnels du programme leur permet également d’être déchargées des démarches d’insertion de la personne qu’elles accueillent (travail, logement, santé, etc.) Plus d’informations : cliquez-ici / contact.elan@samusocial-75.fr / 06.16.63.27.82

 

Trophées Défis RSE 2017, vous candidatez ?

RSE comme Redonner du Sens à l’Entreprise, à l’Economie, à l’Engagement, à l’Éthique des affaires, croire dans les vertus d’une économie responsable et innovante constituent les fondements des Trophées Défis RSE. Ce prix n’est pas un énième prix : convaincue des bénéfices de la RSE, que l’entreprise a des obligations qui dépassent l’intérêt de ses actionnaires, que la finance peut être éthique, j’ai souhaité avec nos partenaires et membres du jury promouvoir les organisations, entreprises, collectivités, associations, fondations, qui prennent leurs responsabilités en s’engageant pour leurs salariés, pour leur écosystème, pour l’environnement, et donc pour la planète et les générations futures.

Nora Barsali – Fondatrice

Pour en savoir plus et candidater
jusqu’au 15 mai prochain

http://www.defis-rse.fr/candidature2017


Parce qu’effectivement, nous partageons cette conviction qui consiste à dire que l’Entreprise, aujourd’hui, peut avoir un rôle nouveau à jouer, au delà des KPI et de la rentabilité immédiate. Parce que mettre un coup de projecteur sur des bonnes pratiques qui portent du sens peut inspirer, peut donner envie, peut éveiller l’intérêt… chez CA ME REGARDE, on kiffe DEFIS RSE !

Déjà 1 an chez Ça Me Regarde…

Aujourd’hui je fête mes 1 an chez Ça Me Regarde !

Il y a un an j’étais jeune, naïve et assez déçue du monde de l’entreprise…

Et puis je tombe sur cette offre super chouette et je me suis dis : « C’est vraiment possible une entreprise avec autant de valeur humaine ? » Et bien oui, cela existe.

Une page se tourne, une nouvelle reste à écrire…

Comment résumer en quelques lignes l’incroyable aventure que je vis encore aujourd’hui ?

Cette année c’est autant de belles rencontres que de beaux moments de solidarité, mais aussi des fous rire et des larmes. J’ai longuement hésité à choisir mon moment fort de cette année, jusqu’à comprendre que cela m’est impossible… Chaque journée à sa particularité, son sens, son lot d’émotions et chaque participant, chaque bénéficiaire que je rencontre me touche et me donne l’envie de faire plus, de faire ma part…

Je crois réellement que le bien être en entreprise favorise l’épanouissement mais aussi l’efficacité et grâce à Ça Me Regarde, j’ai enfin trouvé mon équilibre. Je sors grandie de cette année (un peu moins jeune certes) et plus que jamais confiante en l’avenir.

Tout cela c’est grâce à vous et c’est pourquoi j’ai envie de vous dire à tous : MERCI !

Merci à Ça Me Regarde de m’avoir fais confiance, merci à nos partenaires associatifs de m’accueillir aussi chaleureusement, merci aux entreprises de croire en nous et enfin merci à tous les participants qui me font vivre de si beaux moments…

Seul on va plus vite… Ensemble on va plus loin…

Roxane

« Rapprochons-nous »… Mireille Dollard, DRH SNCF, revient sur son séminaire.

L’enjeu de ce séminaire solidaire pour moi c’était de réussir à créer un collectif soudé, travaillant plus en transversalité. Pour l’équipe, c’était l’opportunité de mieux se connaitre : en effet plus de la moitié des collaborateurs est arrivée il y a moins d’un an dans l’équipe et les portes des bureaux qui restent fermées ont une incidence sur la qualité de la production (doublons, méconnaissance du « qui fait quoi »..). Affirmer l’intérêt d’un travail en équipe ou demander à avoir un esprit d’équipe ne suffit pas à les voir s’installer.

La proposition de Ça me regarde : une journée utile à une association + un atelier de transformation le lendemain

J’ai saisi le séminaire solidaire comme une vraie opportunité à la fois de faire œuvre utile et de se découvrir mutuellement sous un nouveau jour. Mais pour créer les fondements d’un collectif solidaire il m’est apparu nécessaire d’aller plus loin et de travailler avec l’équipe sur nos valeurs à partir de notre expérience collective auprès de la communauté Emmaüs.

Au début, je doutais de l’intérêt de travailler avec Ça me regarde pour l’animation du 2ème jour. J’étais convaincue de la nécessité d’une animation neutre mais pourquoi Arnaud ou son équipe ? Je me suis cependant aisément laissée convaincre et n’ai pas eu à le regretter. Pourquoi me direz-vous ? S’il n’y avait pas eu cette aide bienveillante, j’aurais sans doute été tentée de consacrer la majeure partie du travail en groupe à la construction de plans d’actions pour aller directement à la recherche de performance, alors que là, j’ai laissé faire et j’ai accepté de laisser le temps nécessaire à l’expression des valeurs pour créer les fondations du collectif. Nous ferons dans un deuxième temps ce travail de construction de feuilles de route et de plans d’actions. C’est assez inédit car on ne prend jamais ce temps pour réfléchir à nos valeurs, celles de l’entreprise s’imposent naturellement à nous. Avec ce travail on saura mieux incarner nos valeurs car on les a mûris ensemble et on les a définies après une expérience solidaire qui crée notre référence commune.

Le Jour 2 est indispensable si on veut mettre en valeur ce qui s’est créé dans le collectif le jour 1 en travaillant ensemble et sur nous-mêmes. Et depuis ?  Les portes s’ouvrent progressivement, nos valeurs sont affichées dans les bureaux, les petits déjeuners se multiplient, le travail en commun se développe. « Rapprochons-nous » est la signature de notre entreprise, elle est aussi pleinement devenue celle de l’équipe.

Mireille Dollard
DRH de SNCF Mobilité de Paris Sud Est

 

L’empathie, ça se travaille, ça s’apprend…

Empathie = la faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent. Peut-être une des clés du bien-être collectif… Et le Danemark l’a bien compris : ce pays est le seul au monde où les écoles enseignent l’empathie ! Et si c’était ça le secret du territoire le plus heureux de la terre ? *

C’est cela qu’apprennent les jeunes Danois de 6 à 16 ans. Alors, bien sûr, l’empathie ne s’enseigne pas comme on enseigne la grammaire ou la règle de trois. Il n’y a pas de méthode ni de devoirs à rendre. Lors de ces cours, les élèves sont tout simplement invités à communiquer, à écouter et à échanger entre eux. Par exemple, pour trouver une solution commune à un problème ou alors pour partager un gâteau qu’ils ont fait ensemble. Ça n’a l’air de rien mais ces moments précieux forgent les enfants pour toujours.

empathie

A travers des rencontres vraies, « hors du commun », les journées solidaires ÇA ME REGARDE proposent de toucher du doigt, d’expérimenter cette notion indispensable à la vie du groupe. Le jour J, c’est une bouffée d’oxygène pur pour chacun, bienveillante, constructive, pleine de sens et d’utilité… Le lendemain, c’est l’occasion de transformer l’expérience, d’influencer la vie de l’entreprise, le collectif, une fois revenu chacun dans son quotidien.

Nous nous appuyons sur les travaux de Rogers qui écrit que « les seules connaissances qui puissent influencer le comportement d’un individu sont celles qu’il découvre par lui-même et qu’il s’approprie pour ne pas minimiser les traces que cela peut laisser ». Les journées solidaires ÇA ME REGARDE sont pleinement réussies si elles servent à la fois l’association et que l’entreprise en ressort également grandie, durablement et concrètement.

 * Le Danemark a été élu pays le plus heureux du monde, selon le rapport du World Happiness Report publié en mars 2016. http://worldhappiness.report/

Réalité virtuelle, relations virtuelles….

Photo prise le 22 Février 2017 à la Défense sur un stand SAMSUNG
qui présente son innovation SAMSUNG LIFE CHANGER

samsunglc

Quand l’entreprise – et la société en général – a toujours plus besoin de cohésion, d’authenticité, de relations vraies… Quand les participants à nos journées solidaires témoignent à l’unanimité que prendre son téléphone ou encore mieux se déplacer règle les sujets cent fois plus efficacement que les mails qui s’empilent à toucher le plafond… Nous nous interrogeons face à ces innovations.

Si certes technologiquement la prouesse est indéniable, le rendu fluide, les sensations bien là… Il n’y a qu’un pas à faire pour imaginer (si cela n’existe pas déjà) les réunions avec chacun ses lunettes « réalités virtuelles » sur le nez, un rendez-vous avec son manager qui bosse à l’étage du dessous ou encore le « télétravail en équipe virtuelle »… Qu’en pensez vous ?

Pour ajouter un commentaire, vous avez un lien POSTEZ UN COMMENTAIRE en bas l’article.

Plus qu’une journée solidaire… Le témoignage de Yoann Hauquin, de l’Ecole de la 2ème Chance de Cergy

Yoann Hauquin est en charge des relations entreprises au sein de l’Ecole de la 2ème Chance du Val d’Oise, sur le site de Cergy-Pontoise. Il nous raconte l’impact des journées solidaires ÇA ME REGARDE pour l’école.

yoann-hauquinguillemets-ouverts
C’est le 2 juillet 2015, que notre collaboration a débuté. Les collaborateurs de Suez Environnement venaient pour la 1ère fois à l’Ecole de la deuxième chance
. Depuis, les entreprises Suez Degremont, La Française des Jeux, La Société Générale, Mercer, KellyDeli et Spie Oil & Gas Services, sont venus partager des moments de conseil et d’échange avec nos stagiaires.

Est-ce que des jeunes sont restés en contact avec certains professionnels rencontrés durant ces journées solidaires Ça Me Regarde ?

Bien sûr ! Notamment à travers le conseil pour la recherche de stage. Dernièrement, une professionnelle a recontacté un de nos stagiaires 2 mois après leur rencontre. Elle avait gardé en tête que ce jeune voulait faire du montage vidéo, et elle l’a recontacté pour le mettre en contact avec un moteur vidéo.

En ce moment, on réfléchit avec Spie Oil and Gaz Services, sur les modalités concrètes qui vont nous permettre de continuer après notre journée passée ensemble.

L’E2C Cergy est-elle encore en lien avec certaines entreprises ?

Et comment ! Voici quelques exemples :

  • Nous avons mené des actions concrètes avec plusieurs d’entre elles, comme la collecte de vêtements pour la boutique éphémère que nous avons créée lors de l’été 2016.
  • Nous avons eu l’occasion de remporter un prix lors du festival « je filme le métier qui me plaît » grâce à la société Suez Degremont qui nous a permis de passer une journée avec l’un de leur salarié et de découvrir les métiers en lien avec la gestion des eaux usées.
  • Nous sortons d’une demi-journée passée avec 14 de nos stagiaires chez Suez Environnement. 16 salariés de Suez étaient mobilisés ! Nos jeunes ont pu visiter le show-room, un régal pour les yeux. Ils ont bénéficié de conseils sur leur cv et d’une simulation d’entretien d’embauche par les collaborateurs des RH. En prime, un super accueil, des professionnels très sympas, disponibles, et un déjeuner en commun pour clôturer ce beau moment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si en plus, je te dis que certaines entreprises nous soutiennent également par le versement de leur taxe d’apprentissage, tu auras compris, que vous Ça Me Regarde, on vous adore.

Qu’aurais-tu envie de dire pour conclure ?

Vous « Ça me regarde » avez l’habitude de conclure vos journées de collaboration « E2C95 / Entreprise » par un tour de table ou vous nous demandez à tous, de résumer la journée par un mot. Moi, si j’avais un seul mot à vous dire, ça serait « MERCI ».

Merci de nous faire confiance, de faire confiance à nos stagiaires, de leur permettre de sortir de chacune de ces rencontres avec des conseils et surtout une confiance en eux qui se développe.

Merci aussi parce que ces journées, nous ont permis, à nous en charge des relations avec les entreprises, de réfléchir différemment sur notre stratégie de collaboration avec les entreprises.guillemets-fermes

A travers ces journées, il y a eu des rencontres, des émotions et des souvenirs…

« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».